Bienvenue!

Avec PNM  Production,

ayez le plaisir d'écouter

les plus beaux râgas

de  musique classique hindoustane

joués par les plus grands maîtres  indiens...



Les râgas  de l'Inde ...

 

Les râgas sont à la fois des modes et des thèmes musicaux de la

musique académique hindoustane sur lesquels se développent les improvisations.

 

C'est une tradition ancestrale attestée antérieurement au ve siècle avant notre ère,

par le plus ancien des traités techniques que nous connaissons, le Gîtâlamkara, écrit par Bharata.

 

Si la théorie unifie l'art du râga, les influences sont très variées selon les régions et l'histoire.

Mais on peut repérer trois grandes traditions :

la plus ancienne, celle des populations des forêts de langues munda,

celle du sud de l'Inde, des langues dravidiennes,

celle d'origine indo-européenne de l'Inde du Nord.

 

Les râgas, dont le but est de toucher les sentiments,

sont investis d'un ethos et d'une symbolique forts,

qui les relient à la poésie et aux miniatures peintes, à des lieux, à des sentiments.

  

Il y a des râgas pour les moments de la journée,

pour la famille, père, mère, enfants, les divers sentiments, les états d'âme, etc.

  

Les râgas sont liés aux tâlas...

Le tâla est un cycle rythmique, élément essentiel des musiques classiques indiennes.

 

Le mot tâla serait formé des syllabes tâ (de Tandava, la danse cosmique de Shiva)

et de la (de Lasya, la contrepartie féminine de Tandava, attribuée à Parvati, l'épouse de Shiva).

 

Le tâla est composé de matras, qui sont des unités rythmiques (ou temps).

Chaque tâla possède une structure propre, organisée par temps plus ou moins forts et faibles,

le premier temps (appelé sam) étant le plus important.

Viennent ensuite le ou les tali, et le ou les khali 

qui se caractérisent par la présence ou l'absence de clappement de mains.

 

Le temps vide que « l'on offre aux dieux » permet aux musiciens de se repérer dans ce cycle long,

permettant ainsi la préparation des improvisations et des compositions démarrant autour du sam.

On peut donc avoir des tâlas qui ont le même nombre de temps mais pas la même structure.

 

Le sam n'est pas seulement le premier temps,

c'est aussi le moment où les instrumentistes se rejoignent après des variations ou improvisations.

C'est donc un signal très fort de ralliement.

 

Il faut se représenter le tâla comme un mode rythmique,

avec la manière de s'en servir, infiniment plus riche que les rythmes occidentaux.

 

Plusieurs centaines de tâlas ont été expérimentés au cours des siècles,

de nos jours seulement quelques dizaines sont régulièrement utilisés.

 


MAHARAJI'S

DUO DE MUSIQUE HINDOUSTANE

PANDIT NARENDRA MISHRA

sitar  & vocal

SHUBH MAHARAJ

tablas

Pandit Narendra Mishra est un joueur de sitar  issu d'une longue lignée de musiciens renommés à Varanasi (Bénares), une ville sainte construite sur les rives du Ganges.

 

À 13 ans, Narendra choisit d'étudier le sitar sous l'enseignement de son père, avant de se perfectionner auprès du très grand Maître Ustad Vilayat Khan.

 

Dès le début, Pandit Narendra Mishra soulève l’enthousiasme du public. La qualité de son interprétation et la beauté de ses compositions lui ont valu d'être récompensé par de nombreux prix.

 

Il obtient notamment le prestigieux Award de SURMANI à Bombay et la médaille d'or de la compétition de la All IndiaRadios Competition.

 

Sa réputation lui permet en 2002 de jouer devant la Reine d'Angleterre, lors des célébrations de son Jubilé d'Or. 

 

Aujourd'hui, il a atteint un rare niveau de maîtrise de la musique classique Hindoustanie et transmet, lors de ses performances, une intense émotion de joie et de bien-être. 

 

 

"La musique classique indienne, c'est de l'improvisation. Il n'y a pas de partition.

Le tablaiste réagit à la mélodie faite au sitar.

Dans le râga traditionnel qui dure environ 40 minutes,

il y a une introduction que le sitariste fait en solo et après, on se suit avec le tablaiste.

Je ne décide pas ce que je vais jouer.

Je regarde les gens, je sens l'atmosphère, je suis leur cœur.

J'essaie de les attraper. Je suis là pour donner de bonnes vibrations."

 

"Les gens sont de plus en plus enthousiastes.

Ils sont de plus en plus nombreux à apprécier ma musique.

Et en France, les gens sont très à l'écoute.

Même si c'est une musique et un son, produit par le sitar, dont ils n'ont pas l'habitude."

 

« Sa musique est méditative, hypnotique et en même temps très active »

contact

PIERRE LETAILLEUR

Bookeur/Manager 

Accompagnateur d'artistes 

06 64 32 02 73

Pnmprod.france@gmail.com

 

Partagez le site sur